mercredi 22 août 2012

Mais où vont nos fêtes ?

De la fréquentation jugée irrationnelle des fêtes de Bayonne ou de Dax à la désaffection continue constatée dans certains villages, les fêtes semblent souffrir d’un sérieux mal-être.

Une explication est peut être à rechercher du côté de la méprise des organisateurs qui ont transformé peu à peu les festayres en simples consommateurs.

La nature même d’un festayre n’est-elle pas au contraire d’être l’un des acteurs de « sa » fête?

C’est dans cette logique de « festayres-acteurs » qu’étaient organisés chaque année dans les villages des défis de tous ordres dans des jeux traditionnels, des concours de chant et de danse, des courses à vélo, à pied, à l’eau, à l’œuf, à la brouette, à la valise, en sac

Egalement les mats de cocagne, les tirs à la corde interquartiers, les défilés de chars, les « tout-ce-qui-flotte », les courses de couralin… 




Toutes les générations, des plus jeunes aux plus anciens, y trouvaient « leur moment ».


A la ville comme au village, le festayre réduit au rang de simple consommateur ne perdra-t-il pas peu à peu son âme de festayre ?


En viendra t-il même à déserter la fête.


Ce serait dommage, non ?

Cordialement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire