lundi 25 mars 2013

Vivre sans travailler, ça ne vous dirait pas ?

Bien entendu, je ne m’adresse pas aux 15 millions de retraités qui, dans la perspective des ponctionnements prévus prochainement sur leur pension, devront, eux, se remettre au travail. 

Je ne m’adresse pas non plus aux 4 millions de personnes en âge de travailler et ne travaillant pas et qui ont déjà trouvé une réponse à la question.

Mais à tous les autres que je croise parfois le matin, la mine sombre et le regard noir fixé sous le volant.

Au moment de notre histoire économique qui voit s’effondrer les opportunités de travail, c’est pourtant la décision que beaucoup prennent désormais.

Ils ne sont pas rentiers ni gagnants du Loto.

Ils ont simplement réduit leurs dépenses, vivent généralement avec un salaire pour deux, d’allocations diverses, ou encore en communauté. Ils disent s’en satisfaire et souvent même y avoir gagné… en qualité de vie.





Alors, ça ne vous tente toujours pas ?

Je reste quant-à moi convaincu depuis longtemps que le travail est la plus grande anomalie de la vie des humains.

Ah, si Adam n’avait pas fricoté avec Ève…

NDLR : Cette "Humeur" a été publiée dans "Lou Couralin" Journal d'informations communales de la commune de Came - Mois de mars 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire