dimanche 1 mars 2015

ÉQUIPE DE FRANCE DE RUGBY : LE MANAGEMENT PAR L’ÉCHEC


Un article sur le rugby français dans ce blog? Voila autre chose!

Toutefois, il ne faudra pas faire une grand effort pour en comprendre tout le sens.La situation d'échec de l'équipe de France ne peut nous laisser indifférents, à nous, ceusses du sutouets, qui avons eu très tôt un ballon ovale entre les mains.

Donc, premièrement, pour nous, le rugby c'est d'abord une affaire de culture.


La deuxième justification est aussi d'actualité : c'est celle du management.
Que ce soit des groupes, des entreprises, des clubs, des conseils municipaux, des familles ou de l'équipe de France de rugby, la manière dont sont gérées, autrement dit managées, les relations entre les personnes est la seule, j'écris bien : la seule, clé de réussite ou d'échec de ces groupes humains.
On n'a jamais autant parlé de "coaching" comme actuellement.
Faut-il nous en étonner?

La troisième enfin, c'est qu'il s'agit de l'équipe de France, celle qui nous représente tous au regard du monde, que l'on soit fan de sport ou non. Les effets de levier des médias permanents et de la télévision mondialisée font que c'est désormais ainsi. 
Inutile donc de le contester ou même de le minimiser.
Et cette équipe de France, la nôtre, celle dont nous voudrions être fiers, cumule les échecs depuis trois ans.


JUSTIFIER L’ÉCHEC : TOUTES LES RAISONS SONT BONNES


...même les plus inacceptables.

On a tout entendu au cours des dernières heures. Tout lu aussi, du plus juste au plus invraisemblable.

L'inacceptable : le renvoi systématique par le sélectionneur de la faute... aux joueurs. Ils ont pourtant été retenus par lui même en fonction de critères de qualité attendus à chaque poste. Ils sont tous jugés bons ou même très bons avec leur club. Leur forme physique semble irréprochable.

Alors, pourquoi cela na marche pas?

Pourquoi ne pas poser cette question à Claude ONESTA, à Daniel CONSTANTINI, à Jacques PIASENTA ou encore à Arsène WENGER?

La réponse est claire : tous sont de grands manageurs!

Guy NOVES
Claude ONESTA

Arsène WENGER
Philippe SAINT ANDRÉ









 Lesquels d'entre eux serions nous disposés à suivre en pleine confiance?

Un manageur, un vrai, est celui qui est capable de conduire un groupe (d'humains, surtout ne pas l'oublier) à atteindre les performances que l'on attend de lui.
Il faut pour cela posséder naturellement et renforcer ensuite par un travail personnel, un certain nombre de qualités individuelles que l'on qualifie souvent d'exceptionnelles... et qui le sont en effet.
C'est ce type de profil que les responsables nationaux sont incapables de fournir à l'équipe nationale de rugby.


Faut-il nous laisser aller à penser que ce personnage n'existe pas dans la sphère rugbystique?

Difficile à croire. Guy NOVES en est une preuve vivante (même s'il a fait le choix respectable de se consacrer à son club) et il ne doit pas être le seul.

Le sélectionneur : une INSISTANTE FAUTE de casting.

Philippe SAINT ANDRÉ se défausse régulièrement de ses responsabilités.
Il renvoie systématiquement la faute des échecs sur les joueurs... qu'il a lui même sélectionnés!

Ses dernière déclarations sont édifiantes : "Il faut que les joueurs travaillent!" "Vous allez voir comment on les fera travailler à partir de juillet!" (en vue de la coupe du monde).
Pas une seule fois la remise en question de sa manière de manager l'équipe.

Cette ahurissante arrogance est la preuve de son incapacité à assumer cette fonction managériale de haut niveau.
Il faut lui en faire prendre acte et lui retirer au plus vite cette fonction.

Sans cela, combien de joueurs talentueux se perdront encore, en se rajoutant aux 80 (chiffre hallucinant lorsque l'on doit créer un fort esprit de groupe) qui sont passés par sa sélection pour aboutir aux échecs que l'on constate depuis trois ans?



L'injuste tristesse des joueurs battus par un management désastreux

Combien accepteront encore de sacrifier leur énergie et leur talent, dans une groupe sans liant, sans méthode, sans unité d'esprit... mais qui est promis à devoir "travailler dur", probablement à fond perdu.

Il y a dans cette situation toutes les raisons de décliner une sélection nationale. Mais on sait également que ce n'est pas possible sans être sanctionné. Désespérant!
La venue de Serge BLANCO (en échec assumé à Biarritz) en tant que superviseur du sélectionneur national aurait du pousser Philippe SAINT ANDRÉ à la démission.
Il n'en a rien été. Il semble donc que celui-ci rajoute un déficit de fierté (puisqu'il affirme avoir raison) à son manque évident de talent de manageur.

UNE AFFAIRE DE COPINAGE?

On sait par beaucoup d'exemples que les postes des élites nationales sont promises, hélas, à des opportunistes sans talents, simplement bien placés dans leurs relations.

En est-il ainsi dans le rugby français?

Que fait le "brave" Pierre CAMOU à la tête de cette fédération sans âme? De quel attentiste prépare t-il la venue?

On le sait, le sport de haut niveau est à son tour gangréné par l'évolution d'une société qui perd partout ses repères.

Comment fait alors un sport comme le Hand-Ball pour éviter de tomber dans la caricature rugbystique actuelle?

La réponse est évidente : par chance (peut-être) mais surtout par la volonté de ses dirigeants, sa réussite repose sur de grands joueurs, certes, mais surtout sur la dimension exceptionnelle de ses manageurs successifs.

On le dit et on le répète à volonté : cinq, dix ou quinze très bons joueurs ne font pas une équipe!

Celui qui fait toujours et partout la qualité d'un groupe, d'une équipe, d'une entreprise, d'un club, d'un conseil municipal, d'une famille ou de l'équipe de France de rugby, c'est le manageur!
Il n'y a décidément qu'en rugby que l'on refuse de l'entendre.

Note
: il semble que l'équipe nationale de Tennis soit également dans un grave déficit actuel de management. Les comportements étonnants et inexpliqués des joueurs lors des dernières rencontres en ont été le révélateur. A l'évidence, Arnaud CLÉMENT, n'est pas Guy FORGET.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire