samedi 6 août 2011

MISSION HAÏTI Billet N°6

Nouvelle alerte sur les Caraïbes. Cette fois c’est IRENE qui nous menace. Nous sommes en plein dans la saison cyclonique et nous suivons attentivement les prévisions du centre d’observation basé à Miami.
L’Alerte rouge est déclenchée préventivement sur Haïti. Nous abaisserons donc une nouvelle fois les protections sur nos grandes baies. Une étouffante journée de confinement nous attend.

Sur nos programmes, ECHO nous fait quelques misères. ECHO, c’est le service d’aide humanitaire de l’Union Européenne. C’est l’un des principaux donateurs d’aide humanitaire au niveau mondial.
Le mandat confié à ECHO par l’Union européenne consiste à porter assistance et secours d'urgence aux victimes de catastrophes naturelles ou de conflits en dehors de l'Union européenne. Cette aide est directement orientée vers les populations en détresse, sans distinction de race, de religion ou d'opinion politique.

Tag Echo dans une rue de Port au Prince
La faculté de l’organisation Médecins du Monde de décider librement du choix de ses lieux d’intervention est directement attachée à une certaine autonomie financière. Cette liberté lui est permise grâce à un nombre très important de donateurs privés, qui collaborent ainsi à leur manière à « l’œuvre humanitaire ».
Mais devant le nombre et l’ampleur des situations de crise partout dans le monde, devant le nombre continu de sollicitations, le budget sur fonds propres de Médecins du Monde est loin de pouvoir répondre à l’ensemble des besoins
Il est nécessaire alors d’accéder à des fonds autres, venus pour une part de bailleurs institutionnels, parmi lesquels se trouve ECHO.
L’ennui de ces bailleurs, est qu’ils imposent une certaine contrainte à devoir intervenir sur des terrains ou se jouent les équilibres stratégiques mondiaux. L’action humanitaire court le risque alors d’avoir à se soumettre aux contingences politiques en jeu.


Nous nous éloignons ainsi peu à peu de « l’idéal humanitaire naïf » inventé par les « french-doctors » dans les années 70. La globalisation est aussi passée par là.
ECHO nous fait donc des misères en comprimant la part de budget qui nous a été accordé. Il nous faut donc revoir nos projets à la baisse. Nos priorités étant incontestablement médicales, c’est donc dans le programme construction qu’il faudra tailler.


Passée la frustration, je m’appliquerai désormais à collaborer avec les responsables de la mission à la recherche d’autres ressources financières. L’Agence Française pour le Développement et la Fondation de France sont dans nos cibles. Nos projets les intéressent. Nous nous engageons alors dans la constitution de nouveaux dossiers, argumentés au mieux des attentes de nos interlocuteurs.

Combien de mois seront-ils nécessaires pour espérer une réponse? Sera-t-elle positive? Il me faut me rendre à l’évidence, je ne verrai pas « mes constructions » sortir de terre avant mon retour en France. 
Un camp de sans-abris.  9 m2 par famille
J’aurai en tout cas mis tout en œuvre pour qu’elles soient rendues possibles. C’était aussi cela l’enjeu de ma mission.
 Tout comme Emily, Irene aura épargné la capitale haïtienne. Je ne saurai toujours pas à quoi ressemble réellement un cyclone tropical. Je passerai la semaine prochaine dans la région de Grande Anse, tout à l’ouest de l’ile. Il y a aussi beaucoup à reconstruire. Un nouveau pic de choléra est attendu vers novembre. Il faut d’urgence nous y préparer.
Mwen la ! Babay !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire