lundi 14 juillet 2014

LE BAC UN PASSAGE VERS QUELLE AUTRE RIVE ?

Le taux de réussite au bac 2014 s’est hissé à un niveau record de 87,9%, en hausse de 1,1 point par rapport à 2013, selon les chiffres publiés par le ministère de l’Éducation nationale.


Ce score extravagant et sa progression spectaculaire (il était de 60,5 % en 1960) ouvre à tous les débats. Chacun ira alors de son couplet ressassé jusqu’à usure : « oui mais il y a des inégalités », «Oui mais  il y a des écarts insupportables », « oui mais les enfants des catégories défavorisées ont peu de chances d’avoir le Bac ». Etc. Etc.

Mais à quoi sert-il donc ce foutu BAC après lequel tout étudiant semble courir ?

Ah oui, il ouvre une porte : celle de la FAC, c'est-à-dire qu'il constitue un pré-requis pour aborder l’enseignement supérieur. Et quoi d’autre ? A part cela, à rien semble t-il de significatif.

Tous les instruments de mesure internationaux font le constat unanime de l’effondrement du niveau des études secondaires en France.

Pourtant une violente pétition vient de recueillir plus de 40 000 signatures sur les réseaux appelés sociaux. Et de quoi est-elle l’objet cette pétition ? De la trop grande difficulté de l’épreuve de maths de la filière S !




Moi, les bras m’en tombent ! 
Lorsque l’on ne sait pas ce qu’est un tétraèdre régulier isocèle rectangle en A coupé par un plan, ce n’est pas la peine d’envisager à aller plus loin dans les études.

Si vous le demandiez à vos grands parents, ils vous répondraient sans hésiter que le volume d'un tétraèdre régulier est égal au tiers d'une de ses hauteurs multiplié par l'aire du côté correspondant, après calcul de la constante de proportionnalité.

Oui, bien sûr, me direz-vous, mais ils avaient leur Certificat d’Études Primaires, eux, passé à  …14 ans.


LE COURS SUR LE TÉTRAÈDRE  EN 1950

Ah, j’oubliais : pour ceux qui ont également raté leur rattrapage, oui, les 13% qui avez déjà loupé la première traversée, pas de panique, vous avez toujours une chance de réussir votre vie.

Il y a en effet tant de Bac (s) qui n’atteignent jamais l’autre rive !

3 commentaires:

  1. Pour être complet, me semble-t-il il faudrait tenir compte du fait que seules les "mentions" ouvrent la voie aux filières prestigieuses. En 2013, 30% de mentions bien et très bien et 29 % de A.B pour le Bac général. Beaucoup moins dans les Bacs pro et techno. Ceci dit, on peut se demander s'il est vraiment utile de pousser des cohortes d'étudiants vers la fac, alors que d'autres voies pourraient être valorisées pour permettre aux jeunes de se sentir valorisés et utiles dans cette société qui ne leur tend pas vraiment les bras.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces précisions sont bienvenues Dany! La gare de triage que constitue le diplôme doit fermer au plus tôt! Il y a d'autres voies en effet pour propulser les jeunes dans leur vie professionnelle. Les critères de valorisation humaine reposent sur des qualités individuelles que jamais un diplôme quel qu'il soit ne fera apparaître. Mais qu'attendons-nous donc pour les promouvoir? Quand l'incapacité et l'opportunisme règnent à tous les étages de notre société il est bien difficile d'évoquer des valeurs humaines.

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer